Sherpa_automatisation-entrepot-smart
Blog > Techno > SHERPA® : c’est SMART pour les industries mais aussi pour les entrepôts

SHERPA® : c’est SMART pour les industries mais aussi pour les entrepôts

Article publié le 3 septembre 2021 par Stéphane FAUTH, Président, SHERPA MOBILE ROBOTICS (SMR)

Pour être SMART, une solution doit être simple à mettre en œuvre et à opérer, facile à intégrer, évolutive et facilement acceptée … c’est exactement ce qui caractérise nos AMR SHERPA®, mais pas seulement.

Les robots mobiles autonomes permettent en général d’éliminer la pénibilité au travail et d’automatiser le transfert de pièces. Mais vu la technologie employée qui est aussi en pleine évolution, nous sommes au début d’une nouvelle ère tant dans le domaine des Usines 4.0 que dans celui de la Supply Chain digitalisée. En effet, nous parlons là de véritable Transformation des manières de faire et nous allons pouvoir laisser libre court à notre imagination pour formater des applications qui seront toutes plus agiles les unes que les autres.

En effet, les développements technologiques jouent un rôle absolument CAPITAL : cela évolue à grands pas tant au niveau des capteurs qui deviennent de plus en plus précis et intelligents que des logiques et des routines de soft pour traiter toutes ces données.

Rappelons-nous : l’arrivée des chariots à fourche il y a des dizaines d’années puis l’arrivée des AGV (Automated Guided Vehicule) il y a plus de 20 ans. Les AGV ont des trajectoires dédiées et nécessitent des changements d’infrastructure lourds qui deviennent incompatibles avec le besoin d’agilité de nos entreprises.

Les AMR (Autonomous Mobile Robot) ont eux, des trajectoires non dédiées. Mais il faut aussi distinguer ce que j’appelle la robotique mobile « dédiée » de celle qui est « non dédiée ». SHERPA® est dans la deuxième catégorie.

La « dédiée » est celle qui est très applicative comme les solutions couvertes par les robots d’EXOTEC ou de SCALLOG pour ne citer que des Français. Les applications sont grillagées, il n’y a pas d’humain à l’intérieur, la technologie des robots n’a rien à voir avec ceux de SHERPA® qui circulent au milieu des opérateurs, dans les zones où ils travaillent. La logique n’est pas la même. Dans un cas, les efforts sur les softs sont très applicatifs, ils portent sur le « Middleware », c’est-à-dire la couche qui est au-dessus de celle qui permet au robot de se localiser ou de se déplacer. La localisation et le déplacement, c’est presque accessoire.

Pour SHERPA® c’est différent : les efforts sont évidemment grands sur la localisation mais ils sont énormes en terme de SAFETY (parce qu’ils circulent au milieu des opérateurs) mais aussi et surtout de NAVIGATION. Et pour ce qui est du « Middleware » qu’on appelle aussi la supervision, SMR s’appuie sur des intégrateurs spécialisés dès que c’est nécessaire.

SHERPA® est doté à la fois d’un haut niveau de sécurité puisqu’il est conforme en tout point à la nouvelle norme ISO 3691-4 et il dispose aussi d’un très haut niveau en terme de NAVIGATION et d’AUTONOMIE.

Je m’attarde sur ces deux aspects qui me paraissent absolument fondamentaux.

La sécurité est en effet couverte par cette nouvelle norme ISO 3691-4 apparue au milieu de l’année dernière. Pour SHERPA, cela a conduit à une remise en cause complète de toute l’architecture électromécanique, options comprises. Tout ce qui est installé au-dessus de la base roulante doit être intégré dans les boucles de sécurité et c’est bien le cas avec toutes les options qui sont développées par SMR au gré des applications Clients.

Pour ce qui est de la NAVIGATION et de l’AUTONOMIE : SHERPA dispose, d’une part, d’un SLAM déjà très éprouvé (plus de 10 ans) pour se repérer dans tout type de bâtiments, et d’autre part, de boucles logicielles qui lui permettent de naviguer de manière parfaitement fluide ce qui la clé pour les Clients : si le robot se bloque à la moindre contrariété, il va manquer de fiabilité et ce sera insupportable pour l’utilisateur. Cet aspect là a été très travaillé par nos équipes soft.

Un autre aspect clé de la navigation est le Fleet Management : il s’agit aussi de gérer une flotte de plusieurs dizaines de robots pour être certain d’envoyer le bon robot effectuer la bonne mission en fonction du contexte. Les interfaces utilisateurs qui s’y rattachent doivent aussi être simples et intuitifs ce qui n’est pas une mince affaire non plus.

Dernier élément de la navigation qu’il ne faut pas négliger : la communication des données. Il faut aussi que les données circulent de manière fluide par paquets correctement formatés et ceci au travers d’installations Clients qui sont toutes différentes les unes des autres et dans un contexte où la CYBERSAFETY prend une place capitale aussi.

Tout ceci étant dit et fait pour la gamme SHERPA® qui je le rappelle, est dans la famille des robots « non dédiés », une autre clé est son degré d’autonomie. SMR est l’inventeur de la combinaison des modes suiveurs et autonomes. Vous pouvez prendre un robot en mode suiveur, l’emmener n’importe où au gré des préparations de commandes et le passer directement en mode autonome quel que soit l’endroit où vous vous trouvez. On a coutume de dire que SHERPA® va de n’importe quel point A à n’importe quel point B … avouez que ça vous ouvre une infinité de perspectives.

SMR développe par ailleurs une gamme complète de robots mobiles autonomes : nous en avons un, le SHERPA-B, pour déplacer des bacs jusqu’à 200 kg, un autre, le SHERPA-P, pour déplacer des palettes jusqu’à une tonne. Nous en avons deux autres en développement : un, le SHERPA-T, pour déplacer des socles roulants supportant des bacs comme il en existe des milliers dans les usines, et un autre, multi-usages, le SHERPA-M, pour emmener des charges d’un bâtiment à un autre.

Nos AMR peuvent ainsi intervenir autant sur des missions « simples » telles qu’une préparation de commande dans un entrepôt ou une préparation de kits à emmener en bord de ligne dans une usine, que dans des concepts d’automatisation plus complexes et globaux, en s’interfaçant à des périphériques comme des convoyeurs, des lignes de production, des îlots intégrés, ou des postes de travail, et avec des flottes de plusieurs dizaines de robots.

Ces chariots autonomes éliminent ainsi la pénibilité et les risques dans les transports de charges. Ils permettent plus de fluidité, d’espace et de flexibilité en tendant vers le « one piece-flow ». Ils apportent des gains de productivité par la réduction drastique des tâches à faible valeur ajoutée. Enfin, ils répondent au manque de main d’œuvre et permettent la vraie transformation vers les Usines 4.0 et la digitalisation des entrepôts logistiques.

L’usage de ces robots « non dédié » complètent la gamme des solutions dédiées telles que celles que j’ai cité précédemment, plutôt réservées à des espaces spécifiques dans les grands centres logistiques … et tout reste à inventer. Nous travaillons ainsi à des solutions globales et agiles avec des grands intégrateurs de l’industrie comme ENGIE Solutions, CLEMESSY, ACTEMIUM, les réseaux de distribution de TOYOTA MATERIAL HANDLING, de LINDE (comme SUFFEL en Allemagne par exemple) et beaucoup d’autres, et aussi avec de grands intégrateurs de la logistique tels que HUB-ONE avec qui nous venons de signer un contrat de partenariat.

Et dans ce contexte, chacun son métier et son expertise : nous sommes concentrés sur l’architecture de nos robots qui comprend la sécurité, la localisation, la navigation, la communication, la Cybersécurité, le management de flotte, et nos partenaires complètent le tableau avec l’expertise qu’ils nous apportent sur le métier dans lequel ils se trouvent.

Tout ça pour dire : c’est globalement, énormément de TECHNOLOGIES concentrées dans ces engins qui sont en train de révolutionner le monde de l’industrie et de la logistique … et c’est aussi ce qui nous passionne.

Le robot mobile autonome est donc le symbole d’une mobilité industrielle et logistique nouvelle génération, et j’espère que j’ai réussi à vous convaincre de toutes les perspectives que ça ouvre. Vous avez des transferts de pièces et des flux à repenser ? contactez-nous !

 

 


 

Consulter tous les articles « Techno » sur le blog de SprintProject