Amia Systems les datas en image
Blog > Techno > Du visuel au cœur de la supply chain ?

Du visuel au cœur de la supply chain ?

Article publié le 8 mars 2021 par Emmanuelle Vin, CEO, AMIA Systems

Tout le monde en parle aujourd’hui. La supply chain se digitalise. Les technologies se frayent un chemin dans cet univers qui se doit d’être hyper réactif et flexible face à des consommateurs qui veulent avoir accès à tout, tout de suite, avec le meilleur service. Ce qui est légitime mais qui soulève de nombreuses questions de performance et de coûts à tous les échelons de la supply chain. C’est bien évidemment là que la technologie peut faire la différence.

Depuis la gestion des entrepôts jusqu’à la livraison des derniers kilomètres, il y a une multitudes d’opportunités pour la technologie. Les grands acteurs sont présents dans ces secteurs mais les startups jouent également un rôle majeur dans ces transformations. Sans être « polluées » par l’histoire de ces métiers, elles arrivent avec un regard nouveau, poussent à réfléchir autrement, sortent des carcans et l’innovation prend de plus en plus de place dans la gestion de la supply chain au sens large.

 

De la production aux Warehouses, une histoire de flux

 

Je suis la fondatrice d’AMIA Systems, société IT spécialisée dans la performance industrielle et l’excellence opérationnelle. Ayant débuté en 2014 avec nos logiciels dans le secteur industriel manufacturier, nous avons adapté notre technologie au monde des warehouses dès 2016. Notre challenge : faire parler les datas de manière visuelle.

Au lieu de travailler sur des données agrégées, nous prenons la totalité des données transactionnelles en compte de manière à être capable de réaliser des analyses fines et détaillées pour évaluer l’efficacité de la gestion de l’entrepôt. Grâce à l’utilisation de ces données, nous sommes alors capable de simuler l’entrepôt avec de nouveaux paramétrages et de proposer des pistes d’améliorations que ce soit en terme de gestion de slottings, de stratégie de picking, de design d’entrepôt…

Peut-on parler de Big Data ? J’aime à penser que oui, étant donné le temps que l’on peut perdre avec Excel lors du traitement de ces jeux de données importants et la difficulté à les faire parler…

En logistique, des évaluations standards, statiques, sur excel sont en général réalisées, que ce soit pour des analyses ABC ou l’évaluation de KPIs (comme par exemple l’utilisation et l’usure des équipements). Apporter une représentation graphique des flux de l’entrepôt, des KPIs opérationnels comme le nombre de kilomètres réalisés, à vide ou chargé donne à réfléchir. Non pas aux externes qui pourraient venir en support aux logisticiens, mais bien aux équipes de terrain. Montrer l’efficacité d’un entrepôt de manière visuelle permet d’apporter de nouvelles pistes de réflexions aux équipes internes qui possèdent la connaissance de terrain avec ces multiples contraintes. Cela permet notamment d’identifier les pertes ou mettre en évidence les incohérences au niveau des master data.

Quand le système est complexe par sa taille, ses multiples process, disposer d’un outil pour prendre de la hauteur, aborder les problèmes dans leur globalité et aider dans le processus de décision prend toute son importance. Que ce soit pour des décisions stratégiques d’investissements, de diversification ou pour accompagner l’amélioration continue sur le terrain.

Est-ce que cette vision est féminine ? Peut-être pas.

 

Quelle place pour les femmes ?

 

Ce que je peux dire, c’est que je prends un réel plaisir à ce que je fais. Travailler essentiellement avec des hommes n’est pas un frein, cela laisse l’opportunité de présenter les choses différemment et de féminiser les réunions. Loin de me compliquer la tâche, je pense que c’est plus facile d’être une femme. La vision, la sensibilité et l’empathie, la recherche de la performance et le sens du détail font des femmes un partenaire idéal dans cet univers.

Ce secteur est loin d’être l’apanage des hommes, bien au contraire. D’ailleurs les femmes, y sont de plus en plus présente, grâce notamment à la prise de conscience de l’importance de la supply chain dans les entreprises et le développement de nombreuses masters dans le domaine. Elles sont encore loin d’atteindre la parité (ce qui est encore plus vrai quand on monte les échelons). Mais dans cette réalité, monter sa propre startup est un vrai atout et balaye le « plafond de verre »…

Plus que dans le domaine de la production

Concrètement, nous partons de l’ensemble des données transactionnelles de l’entrepôt pour faire un état des lieux : évaluer les kilomètres parcourus, à vide ou chargé, la proportion de temps dédié aux pickings par rapport aux déplacements. Sur cette base, additionnée de simulations, nous proposerons des pistes d’améliorations que ce soit en terme de gestion de slottings, de stratégie de picking, de design d’entrepôt…

Avec 25 %, la représentation des femmes dans les organisations de la chaîne d’approvisionnement des biens de consommation et du commerce de détail au niveau des vice-présidents est près de deux fois supérieure à celle des organisations industrielles (13 %). (https://itsocial.fr/enjeux-it/enjeux-metiers/ressources-humaines/de-plus-en-plus-de-femmes-responsables-de-supply-chain/)

Il y a une vrai place pour les femmes dans cet univers. La vision, la sensibilité et l’empathie, la recherche de la performance et le sens du détail font des femmes un partenaire idéal quand on parle de technologie. Et pourtant leur présence reste limitée. Il fait refaire un saut en arrière. Le pourcentage de femmes ingénieurs stagne depuis des années autour des 17%.

Il y a donc un énorme travail de sensibilisation à faire avant 12 ans pour casser les stéréotypes et les clichés de genres sur le métier, pour montrer l’attrait des métiers technologiques et faire rêver les jeunes. Plus on aura de femmes dans des postes de direction qui pourront servir de modèles, plus on attirera de jeunes filles. De mon expérience dans le secteur technologique, il est également beaucoup plus facile d’engager des stagiaires et jeune recrue féminine quand l’équipe est dirigée par une femme.

Je ne connais pas les chiffres mais ils ne doivent pas être très différents dans le monde des startups. La seule différence est qu’en se lançant dans l’entreprenariat, une femme ne doit pas gravir les échelons et se confronter au fameux plafond de verre. C’est une opportunité !

Durant ma carrière, je n’ai pas souvent été confronté à des profils macho, rabaissant. La plupart du temps, j’ai rencontré des hommes supportifs, à l’écoute, des dirigeants bienveillants.

Dans les postes de directions, nous les retrouvons au niveau RH, Markerting ou Supply Chain où elles représentent déjà 17% suivant Gartner. Ce qui reste relativement bas quand on sait que les femmes sont de plus en plus présente dans les études en Supply Chain (50% en 2011 et 69% en 2020 selon le Master de Grenoble IAE[1])

Les femmes ne représentent que 29 % des effectifs de seniors manager dans les métiers du SCM, selon les enquêtes menées par AWESOME et Gartner.

Au niveau du secteur technologique, il est également plus facile de recruter des femmes quand le manager/directeur est une femme. Selon une étude de McKinsey 64% des femmes considèrent que l’absence de modèle féminin est un frein.

Mais si l’on parle de technologie, il faudra refaire un saut en arrière. Le pourcentage de femmes ingénieurs stagne depuis des années autour des 17%. Il est donc normal de ne pas observer plus de femmes à des postes clés en supply chain.

AI : Biais cognitif

 

Fondatrice d’AMIA Systems, société IT créée en 2014, spécialisée dans la performance industrielle et l’excellence opérationnelle, nous avons adapté notre technologie au monde des warehouses. Notre challenge : faire parler les data de manière visuelle.

  • Evaluer l’efficacité de la gestion de l’entrepôt
  • Identifier les pertes
  • Mettre en évidence les incohérences au niveau des master data

Concrètement, nous partons de l’ensemble des données transactionnelles de l’entrepôt pour faire un état des lieux : évaluer les kilomètres parcourus, à vide ou chargé, la proportion de temps dédicacé aux pickings par rapport aux déplacements. Sur cette base, additionnée de simulations, nous proposerons des pistes d’améliorations que ce soit en terme de gestion de slottings, de stratégie de picking, de design d’entrepôt…

[1] https://theconversation.com/supply-chain-management-ou-sont-les-femmes-147114

 


 

Consulter tous les articles « Techno » sur le blog de SprintProject