Visuel principal stock CO2 blog SprintProject
Blog > Startup > STOCK CO2, premier opérateur de compensation carbone multisectoriel

STOCK CO2, premier opérateur de compensation carbone multisectoriel

Article publié le 21 mars 2022 par Thomas MARTAL, Président de STOCK CO2

Rencontre avec Thomas MARTAL, Président chez STOCK CO2, la startup créée en 2019 qui accélère la transition écologique française grâce à la compensation carbone

Qui êtes-vous ? Et d’où vient votre envie d’entreprendre ?

Une fois diplômé de l’Ecole Urbaine de Sciences Po, j’ai commencé dans le monde professionnel chez le promoteur immobilier Icade, au développement de grands projets urbains pendant quelques années. C’est là que je me suis intéressé plus en détail aux enjeux de notre impact carbone et aux possibilités de péréquations territoriales en matière de carbone.

C’est en recherchant des solutions pour compenser l’impact carbone des opérations urbaines que nous projetions avec les collectivités que j’ai réalisé qu’il manquait une solution de mise en relation entre des porteurs de projets souhaitant valoriser leurs efforts et les entreprises souhaitant compenser leurs émissions.

C’est sur la base de ce constat tout simple, partagé avec mes deux associés, que nous avons sollicité le startup studio d’Icade, Urban Odyssey. Les équipes nous ont aidé à structurer notre vision et à la transformer en business model. C’est aussi à ce moment que nous avons intégré l’incubateur d’HEC, et que nous avons fait la connaissance avec Hervé Dechene, VP Strategy chez SprintProject.

Comment est née votre entreprise (contexte, constat, objectifs de départ, évolution…)

STOCK CO2 est né du constat qu’il est urgent d’agir pour limiter l’impact des   (l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre relatives à l’activité humaine), et que la compensation carbone est un des leviers pour accélérer la décarbonation de notre territoire.

Jusqu’à la création du  , en 2019, il n’existait pas de solutions pour compenser les émissions de gaz à effet de serre (S) en France. La création d’un cadre étatique pour les crédits carbone, porté par le Ministère de la Transition Écologique, a ainsi permis l’émergence de projets environnementaux vertueux et locaux financés par les crédits carbone qu’ils génèrent.

Dès le début, il nous a semblé clair que le “trou dans la raquette” inhérent à la compensation carbone française était un problème lié à la rencontre de l’offre et de la demande. A travers STOCK CO2, nous souhaitons ainsi créer le premier opérateur de compensation carbone multisectoriel permettant aux porteurs de projets de bénéficier des financements des entreprises, sous la forme d’une plateforme intégrée.

Qui sont vos clients ? Et quel est le besoin auquel vous répondez ?

Nous avons une clientèle variée, avec une cinquantaine de comptes, qui vont de la TPE au groupe du CAC 40, couvrant différents domaines : énergie, transports, immobilier, numérique… Leur point commun est leur engagement dans une démarche proactive de mesure et réduction de leurs propres émissions, combinée à une vision élargie portée par la compensation, afin de contribuer activement à réduire l’impact carbone d’une filière ou d’un territoire.

En quoi votre solution peut améliorer l’existant dans la Supply Chain ?

Les acteurs de la Supply Chain savent que la maîtrise de leur impact carbone devient une nécessité. Mais dans un certain nombre de cas, ils peuvent se sentir démunis face à l’objectif de neutralité carbone 2050. C’est là que nous intervenons.

Nous cherchons à créer et pousser avec eux les solutions qui leur permettront demain de minimiser leur impact environnemental, en participant à l’organisation et au financement de filières bas-carbone. Le Label Bas-Carbone est un formidable outil si on le regarde comme un catalyseur de bonnes pratiques. Il permet aussi de reconnecter des mondes qui se parlent peu.

Si je prends un exemple, la contribution carbone d’un groupe de la Supply Chain à la mise en place de cultures de colza bas-carbone, ou la méthanisation des effluents d’élevage aide à structurer les filières de biocarburants, ce qui vient in fine réduire l’impact de la filière transport dans son ensemble. Nous cherchons toujours à viser des projets à impact direct ou indirect pour la décarbonation de la chaîne d’activité de nos clients.

Plus directement liés aux enjeux de mobilité, nous suivons de près le développement de nouveaux champs de compensation carbone validés par le Label Bas-Carbone, comme la réflexion de  pour faciliter l’électrification des camions, ou le remplacement de véhicules thermiques par des triporteurs ou vélo-cargo.

Où en êtes-vous aujourd’hui dans le développement de votre entreprise ? Et quel est votre plan d’action ?

STOCK  CO2 est aujourd’hui un opérateur de compensation carbone établi en France. Nous avons labellisé environ 25% des volumes de compensation carbone français depuis la création du Label Bas-Carbone. Nous développons des projets partout en France grâce à notre réseau de partenaires locaux. Nous proposons une large variété de projets forestiers, agricoles et dans le bâtiment.

En 2019, lors de la création de STOCK CO2, nous rêvions de créer un opérateur de compensation carbone territorial. Nous sommes convaincus que la contribution carbone des entreprises doit jouer un rôle majeur dans la décarbonation d’un territoire, ce qui nous pousse à développer une approche “multi-locale”, comme de l’acupuncture territoriale. La somme des actions de décarbonation réparties sur un territoire favorise les bonnes pratiques et incite de nouveaux acteurs à s’engager dans la transition écologique.

Ainsi, nous souhaitons à moyen terme développer des plateformes de compensation carbone permettant aux territoires de piloter leur stratégie de décarbonation en mobilisant les entreprises souhaitant s’engager. Nous sommes actuellement en discussion avec des acteurs publics (régions, départements, métropoles) afin de mettre en place les premiers pilotes.

Enfin, nous guettons avec impatience l’émergence d’un cadre européen de compensation carbone certifiée au niveau de l’Union Européenne afin de développer notre activité de compensation carbone multi-locale, au-delà des frontières françaises.

Comment se place Stock CO2 dans le cadre de la certification HQE ?

Il n’y a pas de lien direct entre compensation carbone et certification HQE (Haute Qualité Environnementale). Par exemple, compenser les émissions d’une construction ne facilite pas l’obtention d’une certification HQE. Néanmoins, la certification HQE “bâtiments durables” et la compensation carbone volontaire évoluent dans la même direction. De fait, l’économie circulaire et le réemploi font partie des solutions à disposition des maîtrises d’ouvrage pour diminuer l’empreinte carbone de leurs constructions en matière de certification HQE, mais permettent également de valoriser des crédits carbone dans certaines situations.

De manière générale, les crédits carbone interviennent dans les secteurs qui subissent un surcoût liés à la mise en place de la solution de réduction ou de séquestration carbone. Les bâtiments HQE étant exigeant dans leurs processus constructifs, il est possible d’imaginer des synergies entre HQE et compensation carbone dans le futur.

Pour mémoire, les principes fondamentaux de la compensation carbone locale sont :

  • l’additionnalité carbone (réalité des émissions de carbone évitées et/ou réduites)
  • l’additionnalité économique (nécessité du financement)
  • la pérennité du projet est assurée
  • la modélisation des flux carbone est scientifiquement reconnue
  • l’audit de vérification est indépendant des protagonistes
  • les crédits carbone sont uniques

La compensation carbone est un véritable mécanisme d’incitation à la transition écologique, mais il faut néanmoins rester attentif au risque de double comptabilité. En effet, des réductions d’émissions comptabilisées dans le bilan carbone d’un bâtiment ne pourront être cédées si celles-ci sont attribuées au maître d’ouvrage.

 

LA MINUTE STARTUP

La Minute Startup - Stock CO2

En savoir plus : www.stock-co2.com 

Visuel 2 Sotck CO2 blog SprintProjject

 


 

Consulter tous les articles « Startup » sur le blog de SprintProject

This post is also available in : enEnglish (Anglais)