Blog > Avis d'expert > Comment est né le concept de la « Smart Supply » ?

Comment est né le concept de la « Smart Supply » ?

Article publié le 16 juin 2020 par SprintProject

A travers cet interview croisé, Fabien Esnoult, Président de SprintProject et François Deprey, Président de GS1-France, reviennent sur la création du concept de « Smart Supply » et ses enjeux pour la Supply Chain de demain.

 

Fabien Esnoult

Depuis plusieurs années, SprintProject a le plaisir de parcourir les halls et les allées du CES de Las Vegas, lieu incontournable des innovation technologiques, à la recherche des tendances et innovations qui seront sans doute à l’origine des transformations dans la Supply Chain de demain.

Lors de notre visite du CES de 2019, nous n’avons pu que constater l’omniprésence des écosystèmes Smart. Pour ainsi dire, tout, absolument tout était « Smart » et il nous est apparu très clairement que tous les métiers allaient se mettre à communiquer principalement sous l’effet des plateformes vocales et de l’IA. C’est là qu’est né le concept de la « Smart Supply ».

De manière assez logique, si le monde qui nous entoure devient « Smart », la Supply Chain elle-même devra à son tour se connecter aux autres écosystèmes Smart pour s’améliorer. Or, ce qui définira le rythme du basculement de la Supply Chain à la Smart Supply s’expliquera par la facilité d’acceptation et la vitesse d’intégration de ces nouvelles technologies dans nos métiers.

Mais qu’en est-il de la Smart Supply ? Et bien, c’est en se promenant dans les allées du Las Vegas Convention Center (LVCC) en 2019, au milieu de tous ses écosystèmes « Smart », excepté la Supply Chain, que François Deprey, Président de GS1-France a matérialisé officiellement pour la première fois sur le mur Google la définition de ce que véhicule SprintProject depuis sa création : « Smart Supply by SprintProject ».

 

 

François Deprey

La première intuition (qui revient à Fabien) a été celle d’emmener un groupe d’acteurs de la Supply Chain de premier plan au CES de Las Vegas. Le concept de « Smart Supply » n’en est qu’une émanation. La Supply Chain n’échappe pas à un monde gouverné par la « data » tant les données liées aux flux sont essentielles dans la quête de nouveaux business models plus efficients.

Au CES, la Supply Chain était à la fois partout et nulle part : présente comme un point commun entre chaque secteur exposé mais absente en tant que secteur, lui-même en mutation : lui attribuer le préfixe « Smart », le même qu’aux autres domaines permet aujourd’hui de lui donner la place qu’elle mérite dans la transformation numérique de l’économie.

 

En quelques mots, la « Smart Supply » c’est quoi ?

Fabien Esnoult

Dans un premier temps, attardons-nous sur la vision générale du monde « Smart ». Parlons Smart City, Smart Building, Smart Vehicule, Smart Energy. Le « Smart » permet la création d’interactions entre les différents écosystèmes.

A ce titre, la Supply Chain déjà transversale par nature, puis intégrée à d’autres écosystèmes dits « Smart », va mécaniquement permettre la connexion entre les écosystèmes de la ville, du bâtiment, des véhicules et des énergies.

C’est la fin de la Supply Chain en autarcie et la naissance des échanges métiers, de la data intersectorielle. En d’autres termes, la Supply Chain de demain est une Supply Chain connectée à d’autres écosystèmes connectés, une « Smart Supply »

 

François Deprey

 Sur la multitude de choses qu’on peut insérer dans ce concept, j’en retiendrais deux : d’abord la dimension systémique, une « Smart Supply », c’est une Supply Chain qui, à l’instar des secteurs qu’elle sert, sort de son entre-soi et entre dans un monde ouvert et partagé.

Le deuxième élément, qui est le moyen de l’ouverture, c’est la donnée, et les outils qui nous sont offerts aujourd’hui pour s’en servir. La limite que nous cassons ici, c’est celle de l’intelligence artificielle qui va, bien mieux que les cerveaux humains traiter la masse presqu’infinie de données que les Supply Chains vont produire. La Smart Supply, c’est une Supply Chain basée sur la data qui rend possible de nouveaux modèles plus efficients, plus durables et plus résilients. On parle de « Smart Supply » mais on aurait aussi bien pu dire Supply Chain augmentée… 

 

Concrètement, quels sont les enjeux de la Smart Supply ?

 Fabien Esnoult

 La Smart Supply a plusieurs grands enjeux, donc deux principaux qui sont :

L’amélioration des process par l’intégration des technologies Smart. De fait, l’intégration de la Smart Supply dans les process permettra une meilleure gestion des flux en entrepôts, des disponibilités de mise à quai, l’amélioration de la circulation des flux en ville, de la gestion des espaces de stationnement ou encore de la traçabilité des flux internationaux (camions, bateaux, avions…)

L’appréhension de ces nouvelles technologies et de leurs contraintes dans nos univers métiers tels que : les investissements onéreux et les retours sur investissement, la maîtrise et l’analyse adapté de la data, l’IA …

 

François Deprey

 L’enjeu majeur de la Supply Chain va rester le même : l’efficience. Mais il ne s’agira pas de se concentrer sur la stricte efficience économique, il faudra des Supply Chains répondant aux nouveaux paradigmes sociétaux et environnementaux. On va devoir apprendre à « mesurer » différemment et sur la base de référentiels communs.

L’autre enjeu, c’est la maîtrise de la donnée dans des chaînes de valeur de plus en plus complexes. Tout comme les nouvelles technologies, la Supply Chain ne supporte pas l’ambiguïté. Le recours à l’IoT, aux robots, à l’intelligence artificielle, à toute forme d’automatisation, va significativement renforcer le besoin de partager de la donnée de manière fluide et, je le répète, non ambigüe. Le robot de l’un doit comprendre le robot de l’autre.

C’est l’un des fondamentaux de l’entrée pour la Supply Chain dans un monde écosystémique numérique, celui de sortir des logiques propriétaires dans lesquelles on y enferme encore la notion de donnée.

Dans l’économie circulaire par exemple, la notion même de Supply Chain, qui sous-entend une approche linéaire et finie dans le temps, va s’en trouver complétement repensée. Pas question, dans ces modèles à venir de ne pas faire également circuler les données.

 

Dans quelle mesure la mise en pratique de cette « Supply Chain du futur » va-t-elle s’accélérer ?

Fabien Esnoult

Au vu de l’évolution des technologies et du déploiement systématique du l’écosystème Smart dans les autres univers métiers, la Smart Supply n’est plus une option futuriste, mais bien une réalité. Sa mise en pratique va s’accélérer dans les prochains mois et notamment :

  • L’accélération permanente des technologies IOT, 5G et IA, de leurs réseaux et la maîtrise de la Data, Big Data et IA.
  • Le déploiement de ces technologies dans des cadres applicatifs et notamment celui de la ville.
  • Ces technologies vont se mettre au service d’une meilleure efficacité de la Supply Chain avec l’amélioration de la gestion des villes, des bâtiments, des flottes de véhicules, etc…
  • Enfin, le déploiement de la Smart City se fera au service des Green Technologies, avec ces incidences positives sur la Smart Supply car « Si on améliore les processus, on améliore l’efficacité énergétique ».

 

François Deprey

La mutation en cours de tous les secteurs d’activité va irrémédiablement accélérer l’émergence de cette « Supply Chain du futur », qui sera plus numérique mais aussi, forcément, plus sociale et plus environnementale. Deux façons d’être « smart » en somme. Les deux piliers du Green Deal Européen aussi.

La mise en pratique se fera d’abord sous la contrainte. La première contrainte est évidemment celle de rester compétitif sur le marché où les acteurs vont proposer de nouvelles offres rendues possibles par toutes les innovations technologiques mises à disposition. La deuxième est le renforcement d’une pression sociétale et environnementale, exercée par la demande du consommateur (d’autant plus que dans une logique circulaire, il en devient un maillon et pas seulement le bout). Ce dernier point se traduira également par le cadre réglementaire (incitatif ou restrictif) qui va forcément flécher les investissements vers une Supply Chain plus « smart ».

Mais l’usage en commun de la donnée pourrait ouvrir à des modèles plus collaboratifs visant des gains collectifs plus forts que la somme des gains individuels. Une telle vision serait un accélérateur formidable et justifierait pour de bon le terme « smart ».

 

Conclusion

SprintProject, ambassadeur de la #SmartSupply met en avant la nécessité, pour les acteurs de la filière, de tendre vers l’innovation. A ce titre, SprintProject évoquera les grandes tendances et problématiques qui feront la Supply Chain de demain à différentes occasions (Webinars, article sur notre blog, etc…) et ces thématiques seront également au cœur de notre visite du CES 2021.

Stay tuned,

Sprintement vôtre,

 

Pour suivre l’actualité de la #SmartSupply :

  • Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
  • Suivez-nous sur Linkedin et Twitter

 


 

Consulter tous les articles « Avis d’expert » sur le blog de SprintProject